Pôle emploi proxénète

Source: le parisien

«Boîte de nuit cherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure». C’est en substance l’annonce de «Pôle emploi» qu’a reçue par mail Danièle Casadamont. Au  depuis un an, cette éducatrice spécialisée de 53 ans n’a jamais imaginé une telle reconversion.
 
L’agence n’a pas tardé à expliquer que l’annonce n’avait pas été envoyée à Danièle Casadamont personnellement. Selon Pôle emploi, toutes les annonces qui relèvent de son secteur géographique lui sont automatiquement envoyées par mail ou SMS, sans tri préalable. Contacté par le Parisien.fr, Christian, le recruteur de la boîte de strip-tease à l’origine de l’annonce, explique avoir proposé à Pôle emploi de «retirer l’annonce si elle pose un souci». «Ils m’ont dit non, il n’y a aucune raison de la retirer puisque c’est légal», se souvient-il. 

Pointé du doigt dans cette période de , Pôle emploi plaide également non-coupable. L’agence explique avoir respecté toutes les règles. L’offre du CDD de trois mois est publiée dans la catégorie «spectacle-danse» sur le site Internet de Pôle emploi dans le Languedoc-Roussillon. 

Surprise! Pôle emploi est proxénète, racoleur, et participe activement à promulguer l’achat du viol et de la torture massive des femmes. 

Pôle emploi diffuse des offres qui proposent de travailler dans les
films « érotiques »
films pornographiques
la danse strip-tease/topless
Le téléphone « rose »
Les « animatrices » de chat porno sur internet
Le « massage ».

Ces catégories sont inclues dans les systèmes informatiques standardisés de pôle emploi, donc il est techniquement possible et « légal » de demander des offres pour ce type « d’emploi ». 

Tous ces « emplois » sont des formes de prostitution et de proxénétisme totalement tolérés par l’état puisqu’aucune des pratiques ci-dessus ne sont  clairement définies « culturellement » comme de la prostitution mais plutôt déqualifiées dans la case divertissement sensuel light. Donc grâce à pôle emploi, ces proxénètes se transforment magiquement en « businessman respectables ». (ce qui de toutes façons n’a aucun sens d’un point de vue féministe puisqu’aucun capitaliste n’est respectable, mais bon…)

Cela fait partie de la stratégie des industriels du proxénétisme de normaliser la prostitution et le proxénétisme comme des « métiers », en supprimant toute notion de prostitution dans le langage pour appeler ça danse, travail, massage, chat, service, etc. Les « proxénètes-businessman » sèment délibérément cette confusion en ayant par ailleurs une multitude d’industries façades (dans le divertissement, les jeux, la téléphonie, les opérateurs, etc) derrière lesquels il y a l’industrie proxénète qui est la principale source de revenus. D’autre part, de nombreuses entreprises comme rolls royce, blockbuster, jack daniels, des entreprises de médias, de production (etc.), et même un bon nombre d’états ont des parts de marché dans la pornographie (la prostitution), qui est entrée en bourse depuis pas mal de temps. la démarcation culturelle entre les industries capitalistes « respectables » (criminelles) et les industries proxénètes mafieuses (sectes minoritaires du capitalisme) s’amoindrit de plus en plus. Comme vous l’avez peut-être remarqué, notre monde n’est déjà plus qu’un vaste pornoland.

Il ne faut pas non plus oublier qu’après la vente des armes, le proxénétisme (la porno, la prostitution, le traffic mondial, lapdance, bordels, escorting, massage, striptease, tourisme prostitutionnel, etc.) est la deuxième source de revenu mondial. Ce n’est pas un hasard: les deux basent leurs revenus sur un système génocidaire de destruction massive et s’auto-alimentent mutuellement: les guerres créent des masses de femmes prostituables, la prostitution et la pornographie sont des armes massives de guerre et de génocide contre les femmes. 

Les hommes qui investissent là-dedans n’en n’on rien à faire du sexe, ils veulent juste faire un max de fric, grimper dans l’échelle de la domination et de pouvoir des hommes. Les femmes sont des marchandises comme des autres, comme des portables, des produits alimentaires, qui se vendent très bien aux autres hommes et peuvent facilement rapporter au moins 100.000€ par an, au minimum. Leur intérêt, comme toute entreprise, c’est de faire la pub pour leur produit et de le normaliser le plus possible, de faire croire que c’est cool, c’est le luxe, c’est la classe, ce n’est pas du tout de la prostitution, c’est même féministe et libérateur, y’a pas de violence, ce n’est pas ce que vous croyez, blablabla. Plus largement, l’intérêt de tous les hommes est que toutes les femmes soient prostituables.

Dans le cas de pôle emploi, c’est non seulement du proxénétisme direct mais également l’organisation directe de « racolage », si nous reprenons les propres termes de cette loi merdique qui punit les victimes de la prostitution pour avoir été mises en étalage aux violeurs potentiels par les proxénètes (!!!). Donc l’état aussi est proxénète puisque pôle emploi est un service de l’état – mais ça on le savait déjà puisque de par sa propre loi sur le racolage et la tolérance des clients prostitueurs, l’état enfreint sa loi sur le proxénétisme. Bwaha ils sont vraiment stupides. 

Pôle emploi doit retirer immédiatement toutes les catégories prostitutionnelles de son système (qui en plus constituent des flagrants délits de discrimination de sexe) et refuser de diffuser des offres prostitutionnelles masquées sous le nom de « danse », « massage », « escorting », « film », etc., qui sont des termes réguliers désignant la prostitution. Enfin remarquez, c’est comme si je demandais « l’état doit cesser immédiatement d’être patriarcal! » Mwahahahahaha, elle est bonne celle-là!
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.